Sevrage tabagique des populations défavorisées

L’importance d’une prise en charge spécifique

Publié le 04/12/2014

Les populations défavorisées ont souvent de nombreux facteurs de risque : comorbidités, état sanitaire général dégradé, taux de tabagisme plus important que la population générale… Ces populations ont également une tendance au sevrage tabagique spontané beaucoup plus faible que les catégories plus favorisées. Une étude britannique révèle notamment des taux d’arrêt deux fois plus faibles chez les fumeurs socialement défavorisés, malgré un nombre de tentatives d’arrêt similaire à celui des fumeurs ayant un meilleur statut socio-économique (1).

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?