Hépatite C en France

Éradication : la balle dans le camp des généralistes

Publié le 28/09/2015
D’importants progrès ont été accomplis dans le traitement de l’hépatite C et le chemin parcouru depuis 1989, année d’identification du VHC comme agent principal des hépatites post-transfusionnelles, est immense. Dans les années 1980, les hépatites virales post-transfusionnelles, appelées « Non A-Non B », faisaient frémir. Chez certains, elles évoluaient irrémédiablement vers la fibrose, la cirrhose, le carcinome hépatocellulaire et le décès. Il n’y avait pas de traitement.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)