Suivi des femmes en situation précaire

L’autoprélèvement ne résout pas tout  Abonné

Par
Dr Isabelle Hoppenot -
Publié le 20/01/2020
Selon une étude menée en France par Médecins du Monde auprès de femmes en situation très précaire, le recours à l’autoprélèvement permet d’accroître la couverture du dépistage et de réduire son délai. Mais le suivi des femmes reste un problème.
Des femmes particulierement exposées

Des femmes particulierement exposées
Crédit photo : phanie

Les femmes bénéficiaires de l’aide de Médecins du Monde, qui vivent dans des conditions extrêmement précaires, ont un accès très restreint au suivi gynécologique et au dépistage du cancer du col de l’utérus, alors qu’elles sont particulièrement exposées aux infections par le papillomavirus.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte