Téléfibrinolyse de l’AVC ischémique

Succès des réseaux et de l’e-urgence  Abonné

Publié le 06/06/2013
1370481389437936_IMG_106338_HR.jpg

1370481389437936_IMG_106338_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

L’AVC ISCHÉMIQUE a un traitement : la fibrinolyse. Sa pratique implique deux contraintes : une fenêtre thérapeutique très courte (3 heures en général) et la prescription du produit par un neurologue. Il faut donc que le malade arrive très vite au bon endroit, là où un neurologue est présent. C’est la raison pour laquelle, en France, il y a encore très peu de patients qui bénéficient de la fibrinolyse (3 %).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte