Les enseignements des registres  Abonné

Publié le 06/06/2013

L’ARRÊT CARDIAQUE est un problème de santé publique, très suivi par les instances scientifiques et bénéficiant très régulièrement d’une actualisation des recommandations. « Si nous disposons de nombreuses données scientifiques ponctuelles et portant sur des populations limitées, nous manquons de données épidémiologiques qui nous permettraient de faire évoluer les pratiques », souligne le Pr Pierre-Yves Gueugniaud (Lyon). D’où l’intérêt des registres, largement développés initialement au Japon et aux États-Unis.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte