Arrêt cardiorespiratoire réanimé

Quelle place pour la coronarographie en 2014 ?  Abonné

Publié le 17/02/2014

Rapidité de la réanimation, massage, présence d’un risque choquable sont les facteurs principaux de bon pronostic dans l’arrêt cardiorespiratoire (ACR). Mais l’hypothermie et la réalisation d’une coronarographie constituent aussi des facteurs de bon pronostic dans les arrêts cardiorespiratoires sur troubles du rythme dont un bon nombre est lié à une cause cardiaque. Chez ces patients, la réalisation d’une angioplastie et sa réussite augmentent significativement les chances de survie à court mais aussi long terme.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte