Télémédecine du futur

Connectons-nous !  Abonné

Publié le 17/02/2014

La population âgée augmente tandis que celle des cardiologues diminue. La télécardiologie pourrait améliorer l’accès aux soins sur le territoire. Elle sélectionne le moment opportun d’une consultation : 85 % des consultations induites contributives contre 15 % de consultations contributives en suivi conventionnel et 60 % lorsqu’elles sont induites par le cardiologue, le patient ou la télécardiologie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte