Cancer de la vessie

L’intoxication tabagique toujours la grande coupable  Abonné

Par
Dr Isabelle Stroebel -
Publié le 07/11/2019

Avec 12 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année en France, le cancer de la vessie est le cancer urologique le plus fréquent après le cancer de la prostate. Son pronostic dépend de la précocité et de la qualité du diagnostic.

Il n’y a pas un mais deux cancers de la vessie

Il n’y a pas un mais deux cancers de la vessie
Crédit photo : Phanie

« Il n’y a pas un mais deux cancers de la vessie, le cancer non infiltrant et le cancer dit infiltrant. », explique le Pr Thierry Lebret, président de l’Association française d’urologie, et chef du service d’urologie de l’hôpital Foch. « Et cette distinction est importante car elle va conditionner la prise en charge de la maladie et son pronostic ». La forme non infiltrante qui se développe en surface de la paroi vésicale (urothélium) est la plus fréquente (80 % des cas).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte