L’hypertrophie bénigne ou adénome de la prostate

L’embolisation, alternative thérapeutique à la chirurgie

Par
Dr Isabelle Stroebel -
Publié le 07/11/2019
Cette technique de radiologie interventionnelle fait désormais partie de la panoplie thérapeutique de l’hypertrophie bénigne de la prostate. Elle est aujourd’hui pratiquée dans un certain nombre d’établissements de santé français publics comme privés.
L'échographie fait partie du bilan

L'échographie fait partie du bilan
Crédit photo : Phanie

L’hypertrophie bénigne de la prostate, une des maladies les plus fréquentes de l’homme, est connue pour ses troubles de la fonction urinaire généralement invalidants. Sa fréquence augmente avec l’âge puisqu’elle passe de 50 % chez les plus de 50 ans à 80 % pour les hommes de 80 ans et au-delà. Au total, plus de 2 millions d’hommes sont concernés. Son diagnostic repose sur un bilan bien codifié. L’interrogatoire est essentiel pour préciser l’importance et la nature des troubles urinaires. Le toucher rectal renseigne sur la consistance et la taille de la prostate.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?