Un patient informé en vaut deux

Les situations relationnelles délicates et les clés de la communication  Abonné

Publié le 02/05/2014
1398993323518556_IMG_128614_HR.jpg

1398993323518556_IMG_128614_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

Si le médecin généraliste (MG) a la sensation qu’un patient évoquant ses recherches sur internet lui fait perdre du temps, ce n’est peut-être pas faux. Mais ce n’est pas que la faute du patient qui en parle... c’est aussi celle du ressenti du MG lui-même. Voilà du moins ce que suggère une étude qualitative présentée par Pascal Augier (1). Ce travail a analysé le ressenti de 13 MG face à la problématique du « e-patient ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte