Une garde pour un sanglier froid  Abonné

Publié le 21/12/2012

Un 31 décembre, encore remplaçant pas loin de Doullens (80), je réveillonne avec des amis qui sont venus me tenir compagnie pour cette garde, chez le médecin qui me prête sa maison. J'ai préparé une épaule de sanglier aux figues sans être dérangé une seule fois.
À 23h00, l'appel qui tue. Un papy est « en train de mourir » à quelques km de là ! 

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte