Après infarctus

Pas de bénéfice d’un anti-aldostérone  Abonné

Publié le 12/10/2015

Comme de nombreux autres essais présentés cette année lors du congrès, Aldosteron lethal effect blockade in acute myocardial infarction treated with or without reperfusion to improve outcome and survival at six month follow-up (ALBATROSS) est une étude aux résultats négatifs, malgré un rationnel fort. L’aldostérone est une hormone de stress qui a des effets cardiovasculaires délétères. À la phase aiguë de l’infarctus du myocarde, des taux élevés d’aldostérone sont corrélés à une évolution plus péjorative, notamment une mortalité accrue.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte