L’échographie

Une technique de choix pour le suivi de la goutte  Abonné

Par
Publié le 11/12/2017
goutte

goutte
Crédit photo : Phanie

L’échographie pratiquée a fait ses preuves dans le diagnostic de la goutte, qui se définit par la présence d’un tophus et du signe de double contour. Mais on manquait de données sur son intérêt pour la surveillance sous traitement hypouricémiant. « L’échographie est peu coûteuse, peu chronophage, non invasive et permet de faire les deux pieds ou les deux mains en même temps, ce qui n’est pas le cas du scanner à haute énergie (DECT), coûteux, irradiant, et pas facilement disponible partout.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte