Santé respiratoire

Réduire la pollution de fond, c’est réduire les pics  Abonné

Publié le 28/01/2016

En France, la communauté des pneumologues, à travers la société savante (SPLF), la Fondation du souffle et la Fédération française de pneumologie (FFP) se mobilise pour demander la réduction des gaz à effets de serre et la pollution de l’air via une réglementation stricte, afin de préserver la santé respiratoire. Contrairement à ce que suggèrent les brusques montées de température médiatique à l’occasion de « pics » de pollution, c’est bien la pollution « de fond » (c’est-à-dire chronique, au jour le jour sur le long terme) qui a les impacts sanitaires les plus forts.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte