Asthme, rhinite allergique et sommeil

Des liaisons dangereuses

Publié le 20/05/2011

Parmi les déterminants de santé majeurs, l’activité physique et l’équilibre alimentaire ont été largement mis en avant au cours de ces dernières années, alors que le sommeil, dont l’impact sur la qualité de vie et l’espérance de vie est pourtant aussi très important, n’a pas bénéficié de la même attention. « Nous devrions dormir sept heures par nycthémère, or nous sommes en privation chronique de sommeil, avec une perte moyenne de deux heures par nuit en quelques décennies, rappelle le Dr Marc Sapène, Président de l’association Asthme et Allergies.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?