L’exemple des perturbateurs endocriniens devrait inciter à la prudence  Abonné

Publié le 27/05/2011

La complexité des mécanismes impliqués entre une substance environnementale et les troubles qui en découlent, ne veut pas dire qu’ils n’existent pas. Pour preuve, alors que les premiers problèmes (troubles de la reproduction dans la faune sauvage surexposée) ont été décrits dans les années 90, à propos des perturbateurs endocriniens, on n’a toujours pas élucidé les multiples mécanismes en cause. De plus, de nouveaux troubles imputables à cette famille continuent toujours d’être découverts.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte