Une classe en évolution

Zoom sur les analogues du GLP1  Abonné

Par
Publié le 27/10/2016

« Après une période de questionnement sur la pertinence de l’usage des incrétines, les analogues du GLP1 répondent indéniablement à la mécanistique intime du diabète de type 2 et constituent un véritable outil thérapeutique », souligne le Pr Serge Halimi. Ils stimulent la sécrétion d’insuline, réduisent celle de glucagon et ont un impact bénéfique possible sur le comportement alimentaire et le poids, sans accroître le risque d’hypoglycémies.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte