Sarcopénie

Briser le cercle vicieux  Abonné

Par
Publié le 18/04/2016

Le manque d'activité physique ne favorise pas le maintien de la masse musculaire. L'insulinorésistance et la lipotoxicité ont un impact métabolique néfaste sur le muscle. S'y ajoutent l'altération de l'influx nerveux, la réduction du débit sanguin sur le muscle, l'augmentation des cytokines inflammatoires, l'hypogonadisme, la résistance anabolique... Passés 6 ans de maladie diabétique, la fonction musculaire commence déjà à s'altérer (1).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte