L’apixaban* dans la fibrillation auriculaire

Lorsque les AVK sont indiqués mais leur utilisation impossible

Publié le 13/05/2011

L’ASPIRINE a été évaluée dans plusieurs essais thérapeutiques dans la prévention des accidents emboliques chez des patients ayant une fibrillation auriculaire (FA). Son bénéfice clinique est faible, à la limite de la significativité et diminue lorsque l’âge des patients augmente.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?