Coups de théâtre

# 2 : Le poids du passé et l'ironie tragique du présent  Abonné

Publié le 27/02/2020

Pour trouver la distance dont elle ne parvient pas à faire preuve dans sa profession, Annabelle, infirmière en soins palliatifs, prend un premier cours de théâtre. Elle ment sur sa profession. Bien qu’agacée par le vieux professeur irascible qui la méprise, intriguée par Pierre, un autre élève, elle décide de revenir la semaine suivante.

Pierre entendit le professeur l’appeler. Enfin, du moins imagina-t-il que le terme « croquemort du fond » le désignait. Il lui fallut dix interminables secondes pour relier cette information à l’idée qu’on lui intimait l’ordre de monter sur scène. Que risquait-il après tout ? Il avait déjà perdu l’essentiel. Même la confiance en lui et en les autres. Il n’avait plus rien à perdre. Et puis, il ne pouvait pas être plus ridicule que cette bimbo qui l’avait précédé. Comment se prénommait-elle déjà ? « Ah oui, la tête de l’emploi : Annabelle ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte