Prévention des lésions anales

Le type 16, une cible prioritaire  Abonné

Publié le 26/10/2017

L’histoire naturelle des papillomavirus (HPV) au niveau anal n’était pas complètement cernée, ce qui a conduit à réaliser une revue systématique de la littérature et une méta-analyse (1). Les données portent sur 6 792 cytologies normales, 3 918 lésions de bas grade, 1 151 lésions de haut grade et 2 098 cancers de l’anus inclus dans 77 études. De façon globale, la prévalence de l'HPV augmente avec la sévérité des lésions anales, quels que soient le sexe et le statut VIH.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte