Haut risque

Des sous-types identifiés  Abonné

Par
Publié le 26/10/2017

Grâce au séquençage de nouvelle génération, il est possible de mettre en évidence des variations génétiques des papillomavirus, qui sont associées à leur potentiel carcinogène. Dans le cadre d’un travail collaboratif international, les génomes entiers de plus de 10 000 HPV à haut risque ont été séquencés. Ceci a permis de mettre en évidence, au niveau nucléotidique, des sous-types d’HPV 16 fortement associés à des lésions histologiques de grade élevé. Ces données confirment que la carcinogénicité des papillomavirus à haut risque dépend de certaines variations génétiques.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte