La médecine légale sort de l'ombre  Abonné

Publié le 17/05/2018

« Elle m'a donné un coup de pied dans le ventre, m'a attrapé les cheveux et m'a traînée jusqu'au meuble à chaussures. Mes enfants ont tout vu et j'ai peur pour eux, docteur ».

À l'hôpital Jean-Verdier de Bondy (AP-HP), Faustine, 26 ans, interne en première année de médecine légale et expertises médicales à l'unité médico-judiciaire (UMJ), assure à la demande de la justice les examens des victimes de violences sexuelles, conjugales ou intrafamiliales ainsi que les maltraitances faites aux enfants ou personnes âgées.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte