Vaccination antipapillomavirus

Un discours désexualisé

Publié le 18/11/2013

«LES NOUVELLES recommandations, qui préconisent la vaccination HPV entre 11 et 14 ans, avec un rattrapage jusqu’à 19 ans sans prise en compte de la vie sexuelle, collent à la vraie vie », s’est félicité le Pr Didier Riethmuller (Besançon). Une décision essentielle pour espérer, à terme, une meilleure couverture vaccinale alors que les données confirment l’efficacité de la vaccination.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?