Point de vue du Dr Jacques Saboye*

Quand le secret médical ne protège plus nos patients  Abonné

Publié le 16/01/2020

La Société française de chirurgie plastique reconstructrice et esthétique (SOFCPRE) est la première à avoir demandé une modification de la réglementation entourant le colloque singulier en cas de violences. Son président estime que c'est indispensable désormais pour protéger les femmes sous emprise et délivrer les médecins de terribles cas de conscience.

DR

Le secret médical est un des piliers de notre déontologie, il est la garantie pour nos patients que leurs secrets de santé ne seront jamais divulgués à une tierce personne. Il est presque absolu, mais il connaît de nombreuses dérogations. Par contre, lorsqu’un médecin a connaissance d’un réel danger pour un de ses patients, en quoi se taire protège-t-il le patient ? Où est la limite avec la non-assistance à personne en danger ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte