Un secret médical bien gardé  Abonné

Par
Publié le 25/01/2018
un sectret

un sectret
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

« Il n'y a pas lieu de créer une dérogation supplémentaire et spécifique à la radicalisation », assurent en chœur le Conseil national de l'Ordre des médecins, la ministre de la Santé Agnès Buzyn, et la Dr Valérie Denux, chargée du volet santé de la radicalisation, auprès du secrétariat général des ministères sociaux. 

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte