Une sous-valorisation des actes

L’interventionnel reste trop disparate  Abonné

Par
Publié le 03/02/2020
Très inégalement répartie sur le territoire, la radiologie interventionnelle est quasi exclusivement pratiquée dans les centres de lutte contre le cancer, les CHU et quelques hôpitaux généraux.
Le coût des matériels ne suffit pas à expliquer la situation

Le coût des matériels ne suffit pas à expliquer la situation
Crédit photo : Phanie

« Dans le domaine de la radiologie interventionnelle, la France présente une particularité : elle compte de très bons opérateurs – reconnus dans les publications et les congrès internationaux – mais le nombre de centres où on la pratique reste au final assez limité. Dans beaucoup d’hôpitaux de villes moyennes ou dans les établissements privés à but lucratif, la radiologie interventionnelle n’est quasiment pas utilisée », résume le Pr Éric de Kerviler, chef du service de radiologie de l’hôpital Saint-Louis à Paris.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte