Syndrome du nez vide

Ne pas le sous-estimer  Abonné

Publié le 16/05/2013
1368667024431195_IMG_104640_HR.jpg

1368667024431195_IMG_104640_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

L’incidence du syndrome du nez vide (SNV) reste inconnue, faute d’études spécifiques sur le sujet. Néanmoins, Chabra et Houser estiment qu’il surviendrait chez 20 % des patients après résection du cornet inférieur (turbinectomie). Il faut le différencier de la rhinite atrophique ou ozène, qui est une affection primitive des structures nasosinusiennes, partageant une symptomatologie proche.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte