Verbatim femmes et VIH  Abonné

Publié le 28/11/2019

« Les outils de prévention combinée sont très peu utilisés par les femmes migrantes, en situation de précarité et de vulnérabilité, par exemple prostitution ou conjoint ayant de multiples partenaires et refusant les préservatifs. La blouse blanche fait peur, il faut s'appuyer sur les associations pour aller vers elles. À Lyon, nous travaillons avec Dati Seni, l'une des très rares associations Française dédiée aux femmes migrantes séropositives.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte