« Rien pour nous ne se fera sans nous »

Publié le 28/11/2019

Crédit photo : Phanie

Alors que l'épidémie de VIH reste vivace dans les populations clés - migrants, gays, trans, jeunes - les organisations issues de ces communautés, souvent victimes de discriminations, jouent un rôle essentiel dans la prévention, le traitement et la recherche. La vigilance est de mise, à l'heure où le sida progresse chez les jeunes Italiens. « Les associations communautaires font la différence », estime l'Onusida qui enjoint les gouvernements à leur assurer un soutien financier, juridique et politique. 

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?