Le témoignage de Pierre Ménès*

« On ne peut pas se contenter de dire aux soignants : “ Tenez, voilà une médaille. ” C’est un peu les prendre pour des truffes »

Publié le 17/07/2020

Pierre Ménès est tombé malade au début du mois d’avril en pleine crise épidémique. Opéré il y a trois ans et demi d’une greffe de foie et du rein, le journaliste sportif qui anime l’émission Canal Football Club, faisait partie des personnes fragiles susceptibles de développer une forme grave de Covid-19. Il revient sur sa maladie, son passage à l’hôpital Beaujon et décrit un personnel soignant aux petits soins.

Crédit photo : AFP

Je me suis auto-confiné à la mi-mars et je suis pourtant tombé malade deux semaines plus tard. Au début, je ne me suis pas inquiété parce que les symptômes que j’avais ne correspondaient pas à ceux qui étaient évoqués dans les médias sur le Covid. Je n’avais pas de fièvre, pas de difficulté respiratoire ni de perte d’odorat et de goût… Mais j’avais une fatigue inouïe ! Ça s’est accompagné de grosses diarrhées. Puis, j’ai eu une crise de goutte terrible aux genoux. Je ne pouvais plus marcher.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)