À poursuivre pendant le confinement et dans la mesure du possible

L’activité physique, c’est bon aussi pour la cognition  Abonné

Par
Dr Isabelle Hoppenot -
Publié le 24/04/2020
Toutes les études convergent aujourd’hui pour souligner les bénéfices de l’activité physique sur les fonctions cognitives, dans le cadre d’une relation bidirectionnelle pouvant s’inscrire dans un cadre vertueux ou vicieux.
Un gain perceptible après six mois de pratique

Un gain perceptible après six mois de pratique
Crédit photo : Phanie

Les études épidémiologiques soulignant les bénéfices de l’activité physique (AP) sur la sphère cognitive sont nombreuses. La pratique régulière d’une AP s’accompagne globalement d’une réduction du déclin cognitif, du risque de survenue d’un trouble cognitif léger et d’une maladie d’Alzheimer.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte