L’exemple des greffés qui ont arrêté leur traitement

Les trois voies de recherche pour la tolérance de l’organe

- Publié le 08/09/2009
- Mis à jour le 08/09/2009

DES ORGANES transplantés sont en place et fonctionnent depuis maintenant trente à quarante ans. Le revers de la médaille étant représenté par les traitements immunosuppresseurs, pris depuis une durée égale, et qui ne sont pas dénués d’inconvénients. Ces produits diminuent les réponses immunitaires de façon non spécifique.

L’espoir en transplantation et de parvenir non pas à bloquer globalement la réponse immunitaire, mais à la dévier de manière à ce que la greffe soit tolérée comme un organe du soi.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?