Les multiples intérêts de l’autocontrôle glycémique  Abonné

Publié le 04/07/2013

« L’on est passé d’un autocontrôle trop systématique, parfois aléatoire (sans horaire, sans but, sans compréhension), anxiogène ou très vite abandonné, à l’automatisme inverse… À la clé, moins de prescription de lecteurs et moins d’autosurveillance », regrette le Pr Halimi. Un effet indésirable de la restriction de l’accès aux bandelettes, 200 par an pour un diabète de type 2 (pour une glycémie tous les deux jours environ), une règle pourtant adaptable pour, par exemple, les patients dont on discute la mise sous insuline.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte