Autosurveillance glycémique

Des obstacles à surmonter  Abonné

Publié le 16/04/2012
1334539208339465_IMG_81933_HR.jpg

1334539208339465_IMG_81933_HR.jpg

1334539206339464_IMG_81932_HR.jpg

1334539206339464_IMG_81932_HR.jpg

L’autosurveillance glycémique (ASG) constitue un élément fondamental de l’efficience thérapeutique chez les diabétiques insulinotraités. Les recommandations chez l’adulte font l’objet d’un large consensus. Le diabète de type 1 (DT1), qu’il soit traité par basal bolus ou par pompe à insuline, nécessite, pour ajuster le traitement, la réalisation d’une ASG au moins quatre fois par jour. Certains événements, tels que le malaise ou l’activité physique, imposent des glycémies supplémentaires.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte