Hypotension orthostatique

Privilégier les mesures hygiéno-diététiques  Abonné

Par
Dr Gérard Bozet -
Publié le 27/01/2020
Si le diagnostic est établi selon des mesures de pression artérielle bien codifiées, l'origine de l'hypotension orthostatique, iatrogène ou neurogène, doit être rechechée. Quant au traitement, il repose dans un premier temps sur des conseils hygiénodiététiques.
La perte de connaissance, la lipothymie, les vertiges et les chutes sont des symptômes évocateurs.

La perte de connaissance, la lipothymie, les vertiges et les chutes sont des symptômes évocateurs.
Crédit photo : Phanie

L’hypotension orthostatique se définit comme une diminution de la pression artérielle systolique d’au moins 20 mm Hg et/ou de la pression artérielle diastolique d’au moins 10 mm Hg, survenant dans les trois minutes suivant un passage en position debout. Elle peut être symptomatique ou non et constitue, dans les deux cas, un facteur de morbimortalité indépendant. En effet, elle augmente le risque cardiovasculaire et de chutes, constituant ainsi une porte d’entrée vers la dépendance.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte