Après un accident cardio-casculaire

Le taux de reprise du travail est insuffisant

Publié le 19/11/2012

EN TRENTE ANS, la mortalité cardio-vasculaire a été réduite de 50 %, notamment grâce à une meilleure prévention, aux progrès de l’angioplastie et de la chirurgie et aux programmes de réadaptation. Pourtant, si les patients cardiaques vivent mieux et plus longtemps, le taux de reprise et de maintien au travail dans cette population n’a quasiment pas évolué au cours de cette période, et, selon l’étude PERISCOP (1), après un pontage coronaire, seuls deux tiers des patients reprennent, au long cours, une activité professionnelle.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?