Recommandations EULAR

En cas d’immunothérapie  Abonné

Par
Publié le 04/07/2019
biothérapie

biothérapie
Crédit photo : Phanie

L'immunothérapie anticancéreuse, avec notamment l'arrivée des inhibiteurs de checkpoint, permet aujourd'hui d'obtenir des rémissions de longue durée pour certains patients à des stades avancés. Mais l'utilisation de ces médicaments (six à ce jour approuvés en Europe et aux États-Unis) entraîne aussi des effets indésirables graves liés au système immunitaire, notamment des manifestations rhumatismales et musculo-squelettiques chez environ 6,6 % des patients.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte