Beaune

Une vie de soignante racontée à l'hôtel-Dieu

Publié le 15/09/2020

Un palais pour les « pôvres ». C'est ce qu'avait voulu bâtir Nicolas Rolin, chancelier du duc de Bourgogne Philippe le Bon, pour racheter son salut et celui de sa femme.

Au lendemain de la Guerre de Cent Ans, la majorité de la population de Beaune est sans ressource et l'hospice qui lui est destiné sera décoré par de nombreux artistes avec des toits recouverts de tuiles multicolores en terre cuite émaillée. L'hôtel-Dieu sera le seul hôpital de la ville, tenu par les sœurs des Hospices de Beaune, du 1er janvier 1452 au 21 avril 1971, date d'ouverture d'un hôpital moderne.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)