Le village des gentils

#4 Un monde sans émotion  Abonné

Publié le 05/06/2020

Attablé dans le bar d’un de ses patients, Thomas, le docteur Lamarque, constate que le changement observé dans sa famille affecte d’autres personnes à Vourles. Le tenancier du bar confirme ce constat. Il semble que seuls les individus absents du village dans la nuit du vendredi au samedi n’ont pas subi cette transformation.

Village des gentils

Crédit photo : Phanie

La suite des événements confirma mes craintes. Mon déjeuner de douze heures trente se déroula dans un silence absolu. Ma femme et mes filles n’alimentaient pas la conversation mais se contentaient de répondre précisément à mes questions ou à mes tentatives de discussion. J’avais l’impression que leur économie de mots était naturelle, une forme rationalisée de langage où pas une lettre ne dépassait de la phrase, ne sortait du cadre, ne trahissait une émotion. Le verbe servait seulement à délivrer l’information.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte