Les effets pervers de la pression assurantielle

Comment la peur de l’accident médical a modifié les pratiques

Publié le 21/09/2009
- Mis à jour le 12/12/2014
1276108899F_600x_85866_IMG_18950_1253591196308.jpg

1276108899F_600x_85866_IMG_18950_1253591196308.jpg
Crédit photo : PHANIE

1276108898F_600x_85847_IMG_18951_1253591190558.jpg

1276108898F_600x_85847_IMG_18951_1253591190558.jpg
Crédit photo : PHANIE

«  LE MÉDECIN ne raisonne plus comme un médecin mais comme un actuaire. Face à un patient, il calcule le risque  », résume le Pr Laurent Sedel. Ce chirurgien orthopédique de l’AP-HP (Lariboisière), invité par le conseil d’orientation et de réflexion de l’assurance* (CORA) à participer à une table ronde sur la RC médicale, s’inquiète d’une dérive à l’américaine. «  En France on est habitué à réparer les gens. Aux États-Unis ils coupent et puis voilà. Là-bas, personne n’opère un avocat. On évolue vers cela  ».

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?