Surrisques après prééclampsie

Une pathologie aussi après la grossesse  Abonné

Publié le 29/10/2018
prééclampsie

prééclampsie
Crédit photo : PHANIE

Fait méconnu des professionnels de santé et des patientes, la prééclampsie est reconnue depuis 2011 par l’American College of Obstetricians and Gynecologists (ACOG) comme facteur de risque cardio-neurovasculaire à part entière, au même titre que le diabète ou la dyslipidémie. Elle multiplie par deux les risques de cardiopathie ischémique et d’accident vasculaire cérébral (AVC), respectivement à 12 et 10 ans. Le surrisque est d’autant plus important que la prééclampsie est sévère ou associée à d’autres facteurs de risques métaboliques, comme le diabète gestationnel.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte