Syndrome de Steven Johnson et DRESS

Un quart des toxidermies sévères sont évitables  Abonné

Publié le 15/01/2018

De pronostic sévère et de prise en charge mal codifiée, les toxidermies sévères médicamenteuses regroupent le syndrome de Stevens-Johnson-nécrolyse épidermique toxique (SJS-NET) et le syndrome d’hypersensibilité médicamenteuse (DRESS). Elles s’accompagnent d’un taux de décès de 10 à 40 % pour les premières et de 5 à 10 % pour le DRESS.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte