Chirurgie non cardiaque

Ne pas stopper l’aspirine en cas d’antécédent d’angioplastie coronaire  Abonné

Par
Publié le 07/12/2017
angioplastie

angioplastie
Crédit photo : Phanie

Les résultats de l’étude POISE-2 (Perioperative Ischemic Evaluation-2), publiés en 2014, avait démontré que, lors d’une chirurgie non cardiaque, le maintien de l’aspirine, par rapport à son arrêt transitoire ne modifie pas le risque de décès et d’IDM à un mois mais augmente significativement le risque d’hémorragies majeures (HR : 1,25 ). Conduite en double aveugle contre placebo, l'étude avait inclus 10 010 patients à risque vasculaire élevé, parmi lesquels 470 avaient eu une angioplastie coronaire dans un délai médian de 64 mois avant l’inclusion dans l’étude.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte