Hôpitaux publics et privés : la médecine à deux vitesses  Abonné

Publié le 02/06/2014
1401703437525924_IMG_130657_HR.jpg

1401703437525924_IMG_130657_HR.jpg
Crédit photo : D.CH.

Salvador, capitale de l’État de Bahia, compte 2,9 millions d’habitants. Les gratte-ciel dominent des maisons insalubres. Pour y être bien soigné, mieux vaut être riche. Visite de deux hôpitaux, l’un public, l’autre privé. Le grand écart illustre les failles du système de santé brésilien.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte