Le point de vue des Drs Nathalie Trignol-Viguier* et Laura Marin Marin**

L'extension du délai légal de l’IVG serait un progrès pour la santé publique  Abonné

Publié le 14/11/2019

Investies dans des centres d'orthogénie, ces deux médecins généralistes font partie du bureau de l'Association Nationale des centres d'IVG et de contraception (ANCIC). Elles appellent de leurs voeux une réforme qui aurait le mérite de rapprocher la France de certains de ses voisins et permettrait à certaines femmes d'avorter -en toute sécurité selon elles- sans obligation de partir à l'étranger. Elles soutiennent qu'une intervention au-delà de 12 semaines de grossesse est réalisable dans de bonnes conditions. Elles assurent que cette réforme serait sans conséquence sur le nombre d'IVG réalisées.

Planning familial

Crédit photo : Phanie

En 1975, la loi Veil est venue répondre à un problème de santé publique en dépénalisant l’avortement, alors responsable du décès d’une femme par jour en France. À ces décès de femmes s’ajoutaient des blessures des organes génitaux, des conséquences sur la fertilité et la santé périnatale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte