En visite en Seine-Saint-Denis, Macron salue le travail « formidable » des soignants, sans éteindre les polémiques

Par
Marie Foult -
Publié le 07/04/2020

Crédit photo : AFP

Après sa visite dans une usine de masques près d'Angers (Maine-et-Loire) la semaine dernière, c'est en Seine-Saint-Denis, département particulièrement touché par le Covid19, que s'est rendu Emmanuel Macron ce mardi.

Le chef de l'État a visité la maison de santé pluridisciplinaire (MSP) de Pantin, où il a d'abord remercié les habitants qui respectent le confinement (et a été interpellé sur le manque d'équipements pour les soignants). « Dans un département où il y a beaucoup de pauvreté, les habitants respectent le confinement de manière remarquable. Vraiment, je les en remercie », a-t-il déclaré.

Portant un masque chirurgical, obligatoire pour toutes les personnes entrant dans l'établissement, Emmanuel Macron a discuté des conditions d'accueil des patients et du travail des soignants. Un responsable lui a expliqué qu'ils manquaient de certains équipements de base, notamment de surblouses. « Je n'en ai pas assez, a témoigné une infirmière, je lave mes deux blouses tous les soirs pour les porter à tour de rôle. »

Soulager les soignants 

Saluant le travail « formidable » des soignants, le président a rappelé que l'État cherchait à les « soulager » en démultipliant la production et les importations. « Même les plans les mieux pensés n'avaient pas envisagé que les pays seraient touchés en même temps, a-t-il ajouté pour justifier le déficit de masques et d'équipements. Ce qu'on pensait sans valeur il y a six mois ou un an, d'un seul coup est devenu rare. »

Sur les réseaux sociaux, la visite du président a déclenché des commentaires parfois critiques.

 

Synergies

Selon l'Elysée, la visite de cette MSP avait aussi pour but de « mettre en exergue le recours massif à la télémédecine depuis le début de la crise » et d'illustrer les synergies créées entre la médecine de ville et l'hôpital.

Emmanuel Macron a même assisté à une téléconsultation, insistant sur le fait qu'il ne fallait pas oublier les autres maladies. « Il est très important, dans cette période, de continuer à aller voir le médecin, l'infirmière, quand on a une maladie chronique », a fait valoir le chef de l'État en écho aux propos de  nombreux syndicats de médecins libéraux.

Il était attendu en fin d'après-midi au centre communal d'action sociale (CCAS) de La Courneuve pour y échanger avec les professionnels et les volontaires « mobilisés pour assister les personnes âgées les plus vulnérables ».


Source : lequotidiendumedecin.fr