En pirogue, une équipe médicale déterminée à soigner les patients isolés  Abonné

Par
Marie Foult -
Publié le 31/10/2019

Sur l'Oyapock, la lutte contre les déserts médicaux n'attend pas. En ce jour de juillet, le soleil est levé depuis à peine une heure et le ballet des pirogues reprend sur le fleuve, qui marque la frontière entre le Brésil et la Guyane française. Une longue embarcation à moteur est amarrée côté français, un piroguier s'affaire à y charger du matériel. Le Dr Bernard Moron, cheveux gris coupés court et allure sportive, monte à bord, rapidement rejoint par une infirmière et une sage-femme.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte