De l'hôpital à la médecine de ville

Après les promesses du Ségur, déjà l'impatience  Abonné

Par
Publié le 04/09/2020
Au-delà de la concrétisation rapide des accords salariaux du Ségur de la santé actés en juillet, les hospitaliers attendent l' amélioration concrète de leurs conditions de travail. Les plus dubitatifs demandent l'ouverture d'un « Ségur 2 ». Et la médecine de ville réclame toute sa part, à la veille de l'ouverture de négociations conventionnelles.

Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

« Si les discussions ont été franches, parfois musclées, aucun coup n'a été échangé, personne n'est dans les cordes et je crois que tout le monde sort gagnant. »

Prononcées avec fierté par Olivier Véran lors de la conclusion du Ségur de la Santé, le 21 juillet, ces paroles, au terme de la trêve estivale, se heurtent à la réalité d'une rentrée sous tension, où les impatiences pointent déjà.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte