L’autoconservation ovocytaire

Faut-il étendre ce droit?  Abonné

Publié le 11/07/2013

EN FRANCE, les lois de bioéthique prévoient qu’« en vue d’une réalisation d’aide médicale à la procréation, toute personne peut bénéficier du recueil et de la conservation de ses gamètes ou de tissu germinal… lorsqu’une prise en charge médicale est susceptible d’altérer sa fertilité ou lorsque sa fertilité risque d’être prématurément altérée », comme par exemple après irradiation pour un cancer pelvien.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte